[ Robert Silverman ]
[ Textes francais ]
[ Cybernetically, Bicycle Bob Xe-Dda.p ]
Le Cyclisme urbain et le gouvernement fédéral


Le coût de I'automobile

L'automobile est sans contredit la cause principale de bruit et de pollution de I'air dans les villes canadiennes. Dans la plupart des grandes villes du Canada, le tiers des terrains est asphalté pour des fins de transport. L'omniprésence de I'automobile dans la ville dérange les personnes âgées, les enfants, les cyclistes, les adeptes du patin à roulettes et les piétons. Chaque année, la route cause la mort de 5000 personnes et en blesse 250 000 autres - soit la population d'Halifax.

Depuis toujours, les administrations fédérales, provinciales et municipales appuyent les fabricants d'automobiles et les sociétés pétrolières par la construction à grande échelle de routes et I'octroi de subventions tout en négligeant et violant I'espace et les besoins des cyclistes et des piétons. Au frais des contribuables, on a rétréci les trottoirs pour élargir les rues. Les subventions du gouvernement fédéral pour maintenir le prix du pétrole à un niveau peu élevé coûtent chaque année aux contribuabales plus de deux milliards de dollars. Les taux de dépréciation élevés et les déductions à I'avantage des entreprises encouragent les ventes d'écoulement de stock. Chlysler vient de recevoir encore 200 millions de dollars.


Transport en commun

Dans les grandes villes canadiennes, à I'exception de Toronto, les tramways, confortables et à rendement élevé, ont été éliminés et remplacés par des autobus General Motors, dans lesquels les passagers ne sont pas à I'aise. La disparition des tramways, qui avaient le droit de passage dans le centre des rues, a donné la voie libre à I'automobile. Pendant que I'on construisait deux autoroutes près des voies ferrées, dans le West Island, les trains de banlieue de Montréal accusaient un manque d'appui financier, ce qui a obligé les gens à délaisser les trains au profit de I'automobile. La fiabilité et la qualité des services de transport en commun ont toujours été minées par les entreprises privées et les industries de I'automobile et du pétrole, en plus d'avoir subi un manque de défense et d'appui de la part des gouvernements, qui ont permis et encouragé I'étalement urbain, ce qui a rendu I'option automobile si attirante qu'elle est devenue une «nécessité».

Le ministère fédéral des Transports consacre 95% de son budget de transport aux moyens routiers et aériens, tandis que le chemin de fer, efficace, écologique et sécuritaire, reçoit la maigre somme de 250 millions de dollars. Au cours des 25 dernières années, on n'a cessé de supprimer des lignes, malgré les protestations massives du public. À l'automne 1979, les tarifs de Via Rail étaient haussés «dans I'intérêt de la viabilité commerciale des compagnies d'autobus». Même aujourd'hui, en cette période de pénuries croissantes d'énergie, on supprime des liaisons par voie ferrée, surtout dans I'ouest. Les grandes villes canadiennes comme Québec et Ottawa, capitale nationale, manquent de gares. Par exemple, la gare centrale d'Ottawa, tout près du Parlement, a été convertie en un Centre de conférences, et on a utilisé une partie de I'emplacement des voies pour la construction de I'autoroute Queensway; une honte pour le pays ! L'automobile, avec une consommation urbaine par passager au mille très élevée, comparativement à celle des transports en commun ou de la marche, et son occupation disproportionnée d'espace sur les routes et les stationnements, constitue la somme des pires erreurs de conception urbaine des 50 dernières années. II est temps d'attirer le soutien du gouvernement vers les différents modes de transport en commun.

On a remarqué, au cours des derniéres années, tant au Canada que dans le reste du monde industrialisé, une renaissance de la bicyclette. Parallèlement, les gouvernements ont mis du temps à répondre de façon concrète aux besoins du nombre sans cesse croissant d'adeptes de ce mode de transport. Les plus engagés de ces derniers se sont organisés en groupes cyclo-politiques. Les combats pour la promotion de la "petite reine" les ont menés en conflit avec un autre moyen de transport : I'automobile. Ces affrontements quotidiens nous ont amenés à mieux saisir la place qu'occupe I'automobile dans la société d'aujourd'hui.

Au cours des dernières années, des millions de Canadiens ont redécouvert I'utilité de la bicyclette. Nous I'avons fait pour des raisons de commodité et de souplesse, sachant que le "deux roues" est souvent préférable à I'auto et à I'autobus, dans les villes. Nombreux sont ceux qui s'y sont mis pour des raisons de santé et de forme physique; certains cherchaient les contacts humains aléatoires que permet le cyclisme urbain ; d'autres se sont mis à pédaler pour mieux connaître la géographie de leur ville tout en voyant le paysage sous un angle nouveau; enfin certains sont motivés par la conservation d'énergie. Cependant, tous voient la bicyclette comme le moyen de transport de I'avenir.

En dépit des nombreux avantages personnels et sociaux du cyclisme urbain, et malgré les campagnes intensives d'encouragement à ce sport pour la conservation de I'énergie menées par les gouvernements, ces derniers n'ont fourni que peu de pistes et installations pour appuyer leurs dires. La région d'Ottawa, il est vrai, fait exception à la règle et est un bel exemple de ce qui peut être fait. Nous voulons que l'utilisation de la bicyclette soit encouragée et que la "petite reine" soit reconnue comme étant un bon moyen de transport urbain en plus d'un divertissement agréable. Nous voulons des réseaux complets de pistes cyclables sécuritaires de sorte qu'un homme d'affaires en complet ou un enfant de dix ans, puisse se rendre où ils veulent sans être énervés et en toute sécurite. Nous voulons que la bicyclette soit intégrée au réseau du transport urbain.


Ce que le gouvernement fédéral peut faire

Voici ce que le ministre de I'Environnement devrait recommander:

1. Fournir des emplacements gratuits pour les bicyclettes et abolir les droits de stationnement gratuit d'automobile à tous les immeubles exploités par le gouvernement fédéral. Le gouvernement fédéral des USA a récemment puiblié une directive commandant que soient aménages des «stationnements» de bicyclettes à tous les immeubles fédéraux.

2. Assurer I'accès des cyclistes à tous les tunnels et ponts sous compétence fédérale au Canada.

3. Rémunécer ies employés fédéraux utilisant leur bicyclette pour se déplacer dans I'exercice de leurs fonctions, à un taux comparable à I'allocation remise aux personnes qui utilisent I'automobile.

4. Utiliser des messagers à bicyclette dans les zones urbaines à circulation très dense.

5. Assurer le transport des bicyclettes dans tous les trains, avions et autobus interprovinciaux.

6. Aménager un réseau de pistes cyclables pan-canadien reliant les grandes villes : la Véloroute transcanadienne.

7. Construire des pistes cyclables près de tous les canaux, ports et autres voies sous compétence fédérale.

8. Accorder des franchises d'exploitation de services de location de bicyclettes dans les gares de chemin de fer et aéroports.

9. Affecter une partie des taxes fédérales sur I'essence à des programmes à frais partagés visant à I'aménagement de pistes et d'autres installations.

10. Créer des instituts de recherches où I'on étudierait la bicyclette et d'autres moyens de transport alternatifs comme solutions au problème de I'automobile dans les villes.

11. Aménager des pistes cyclables suivant le relief, dans tous les parcs nationaux.

La plupart de ces mesures coûteraient très peu, comparé aux dépenses qui ont été et qui sont encore faites au profit de I'automobile; elles permettraient de conserver I'énergie, d'améliorer la santé et la condition physique des Canadiens et fourniraient de nombreux avantages sociaux en plus d'améliorer la qualité de la vie.


Présenté par Robert Silverman: RoulaVelo, Alma; Les Roues Libres, Québec; Vélo-Québec; Bicycle Rights Association of Toronto; Le Monde à Bicyclette, Montréal; pour les organisations environnementales non-gouvernementales du Canada.


Haut de page


Publié dans Vers une ville nouvelle, journal du Monde à Bicyclette, printemps 1980.

Par Robert Silverman.


Textes français | Page de bienvenue

© Robert Silverman 2000